Le prix d’une isolation par l’extérieur est, comme pour tous travaux, fonction de la quantité et nature des matériaux utilisés ainsi que du temps nécessaire pour les mettre en œuvre.

Etude préalable

Dans l’idéal, ce prix doit inclure une étude préalable dont l’objectif est d’anticiper toutes les difficultés éventuelles de mise en œuvre.

En effet, ajouter une épaisseur de 15 cm d’isolant et de protection n’est pas sans conséquences sur un certain nombre de sections du bâti : les débords de toit, les points lumineux, les descentes d’eau pluviale, les volets.
En outre, il faut évaluer la pertinence d’isoler certaines surfaces car pour certaines, l’intérêt peut être faible.

Ainsi, l’isolation d’un pignon totalement aveugle exposé nord ou est sera très judicieux. A l’opposé, isoler une partie de pignon apparente au-dessus d’un toit de garage sur une hauteur de 50 cm présentera un gain faible pour un coût élevé.

Etat et nature du mur

murs abîmés avant isolation par l'extérieur

L’état et la nature des murs influent sur le prix.

Un mur recouvert d’un enduit gratté très fissuré ne sera pas traité de la même façon qu’un mur de pierre aux joints de terre et chaux et présentant des remontées capillaires (humidité à la base).

  • Enduit gratté fissuré : il faudra reboucher toutes les fissures avant d’appliquer un isolant de type polystyrène
  • Mur de pierre aux joints de terre et chaux : il sera proposé une fibre de bois laissant « respirer » le mur après avoir mise en œuvre une solution pour réduire les remontées d’humidité. Si ce mur de pierre est très irrégulier, une ossature bois devra être montée pour permettre à un isolant souple d’épouser les formes du mur.

Une alternative, de plus en plus utilisée est la laine de roche dont les caractéristiques respirantes et de résistance à l’humidité présente un grand intérêt pour une isolation extérieure.